Inscrivez-vous à notre newsletter

Santé Mentale – Centre des Survivants de Daesh

Le Centre des Survivants, c’est le terme utilisé pour désigner le Centre médico-psychosocial créé pour les femmes et enfants ayant vécu la terreur et les souffrances physiques et psychologiques sur les territoires occupés par Daesh. Des dispensaires mobiles parcourent la région de Duhok avec, à leur bord, équipes de médecins, psychologues, acupuncteurs et gynécologues. Ces derniers oeuvrent pour ces populations traumatisées et affaiblies via des soins médicaux, des séances de psychothérapie et des thérapies telles que l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), l’hypnose ou même le yoga. Ce travail de guérison et de suivi régulier est indispensable à leur remise en forme ainsi qu’à leur moral.

Contexte 

 

Depuis 2011, les conflits en Syrie et en Irak ont fait plus de 450.000 morts et poussé sur les routes de l’exil des millions de personnes.

Parmi ces déplacés, la situation des femmes et des enfants est particulièrement alarmante : ils ont été les premières victimes des islamistes de Daesh et ont vécu les pires atrocités depuis 2014. Enlevées puis vendues, les femmes et les jeunes filles étaient distribuées à des combattants comme esclaves sexuelles ; les enfants, quant à eux, étaient kidnappés, soumis à un lavage de cerveau, convertis de force à l’islam puis utilisés comme soldats dans l’armée djihadiste. Leur détresse physique et morale est sans précédent. 

Tous souffrent de graves séquelles physiques et psychologiques : stress post-traumatique, dépressions sévères, hallucinations, schizophrénie, insomnies, mutilations et multiples douleurs physiques. La nécessité d’une prise en charge profonde et régulière est criante.

Pour aider ces personnes dans le travail de reconstruction psychique, EliseCare a décidé de créer un Centre des survivants pour la prise en charge médico-psychosociale.

Le Centre des Survivants

Le programme du Centre des Survivants est un projet inédit à double vocation :

  • Assurer l’accès aux soins primaires, grâce à une équipe de médecins pluridisciplinaire présents dans nos antennes fixes et mobiles
  • Proposer un accompagnement thérapeutique aux personnes en souffrance.

Le concept du Centre est d’apporter, en plus des soins primaires vitaux et généralistes, un soutien psychologique à ces populations.

En Irak, afin de prendre en charge les soins pour les grands traumas, le programme du Centre des Survivants se trouve dans nos cliniques fixes dans le camp de Darkar et dans nos dispensaires mobiles qui sillonnent la province de Duhok. Grâce à l’unité mobile, nos spécialistes partent à la rencontre des femmes dans les villages et réussissent à créer des liens de confiance forts.

Nous est octroyé depuis le 18 janvier 2018, l’autorisation officielle pour 1 an d’intervenir également dans les camps de Bersivé I et II et Qadia (aussi appelé Rwanga sur place).

Pour mener ce travail de résilience, nos équipes sur place sont recrutées parmi les réfugiés et assurent le suivi psychologique des personnes en détresse.

 

 

Une aide généraliste comme spécialisée

 

S’ajoute aux soins primaires généralistes, un volet psychologique avec des séances individuelles ou en groupes afin d’entamer le long travail de réparation et de reconstruction des réfugiés. Pour cela 3 psychologues travaillent dans nos dispensaires.

L’accent est mis aussi sur le recours à d’autres formes de thérapie efficaces sur les grands traumas, comme le counselling, le CBT (Cognitive Behaviour Therapy) la thérapie EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing, fréquemment utilisée dans le traitement du stress post-traumatique grâce au mouvement des yeux), l’Exposure Therapy (ou thérapie par mise en situation).

De même, des séances de relaxation comme la Guided Imagery therapy, s’apparentant aux techniques de l’hypnose (efficace contre la douleur, les phobies, l’anxiété, les cas de psychose et la gestion du stress) ou encore des séances de yoga pour tous .

 

Zoom sur les ateliers d’art-thérapie : 

 

Arbre de vie réalisé par les enfants, symbole de leur solidarité.

En septembre 2017, le programme Be the Peace – Be the Hope, initiative de création américaine portée par Karine Parker, a été lancé et a permis d’aider socialement et émotionnellement 140 enfants de 8 à 16 ans, dans le camp de Darkar et le village de Taleskeff.

Encadrés par des personnes spécialement formées, les enfants ont pu prendre la parole dans des groupes grâce à des activités artistiques, s’exprimer via des dessins par l’intermédiaire de la création artistique, qui permet un espace d’expression privilégié.

Les résultats ont été manifestes très rapidement et notre équipe a observé de suite une diminution des comportements violents chez les enfants ayant participé au programme ainsi qu’une augmentation de l’écoute et de la solidarité.

Pour en savoir plus : ici

Des initiatives variées, rythmant la vie des camps

Dans le cadre du programme du Centre des Survivants, de nombreuses initiatives ont été mises en place, comme :

 

  • Une journée de nettoyage du camp par les enfants du programme mais pas seulement, un grand nombre des enfants du camp se sont mobilisés pour ramasser les ordures ;
  • Des ateliers de sensibilisation à la résolution pacifique de conflits entre les enfants ;
  • Une journée d’atelier basée sur le thème de Be the Peace – Be the Hope dans l’objectif d’aider les enfants à identifier et régler leurs problèmes ;
  • Des formations pour les hommes, les femmes et les adolescents sur le thème des violences faites aux femmes, des conséquences de celles-ci et des solutions envisageables. Ces formations sont d’ailleurs réalisées en coopération avec l’ONG SOSD et Dalal Center, toutes deux présentes dans le camp de Darkar.