Inscrivez-vous à notre newsletter

Syrie

EliseCare concrétise sa volonté d’agir en Syrie avec deux missions : une à Alep et une dans la Ghouta orientale

carte-alep-630x0

Depuis 2011, la Syrie est dans une situation de guerre civile qui a fait plus de 400.000 morts et plus de 5 millions de réfugiés selon les chiffres de l’ONU.

En Syrie, un enfant sur trois n’a connu que la guerre. Face aux bombardements incessants, aux destructions de maisons, hôpitaux et autres infrastructures, au manque total de ressources et à l’augmentation drastique du prix de la nourriture, des milliers de Syriens ont du prendre la route de l’exil.

On estime que 26 % des hôpitaux ne fonctionnent plus et 33 % très partiellement. Or, 13,5 millions de Syriens ont besoin de soins médicaux. Seule la moitié des enfants syriens sont aujourd’hui vaccinés, d’où la réapparition et la propagation de maladies contagieuses qui avaient été éradiquées du pays : polio, leishmaniose, rougeole, typhoïde et même choléra. Et, faute de soins et de médicaments, les personnes atteintes de maladies chroniques – diabète, hypertension, cancer – ne sont pas soignées.

Face à cette situation, EliseCare a ouvert une mission à Alep, à travers la mise en place d’un camion dispensaire.

La Ghouta orientale est une région située à l’Est de la ville de Damas, capitale économique de la Syrie. Plaine agricole qui compte 400 000 habitants, elle est sous domination rebelle depuis 2013 et constitue un point stratégique pour les forces opposées au régime al-Assad. En février 2018, deux offensives d’une extrême violence sont lancées sur la région à quelques jours d’intervalle : on dénombre 320 morts, dont 60 enfants, et 13 centres de santé touchés par les bombardements et rendus non fonctionnels ainsi que la mise hors service de l’un des hôpitaux les plus importants de la région, l’hôpital d’Arbin.

La situation des civils bloqués dans la plaine est désastreuse : les infrastructures sont détruites, des pénuries régulières de nourriture et de médicaments entraînent une inflation des prix. Des milliers de personnes ont besoin de soins médicaux d’urgence et les ONG sur place manquent de matériel et de médicaments.

Pour répondre à ces besoins, Elisecare prépare l’envoi d’une clinique mobile dans la Ghouta. L’objectif est de prodiguer des soins primaires (blessures, plaies, infections, …) ainsi que des soins en santé mentale aux populations ayant vécu les violences et traumatismes d’une guerre qui dure depuis maintenant sept ans.