Inscrivez-vous à notre newsletter

Irak

En août 2014, la guerre en Irak jette sur les routes des milliers de familles issues de minorités ethniques et religieuses  persécutées et menacées de mort pour ce qu’ils sont.

Selon les Nations Unies, seraient commis «des exécutions de masse, des viols systématiques et des actes de violence effroyables » contre les minorités ethniques et religieuses.

Du jour au lendemain, tous ont dû fuir Sinjar, Mossoul, Qaraqosh, la plaine de Ninive. Là-bas, il n’y a plus un seul chrétien, plus un seul yézidi.

Dans les déserts de Syrie et de Mésopotamie, femmes, hommes, enfants et personnes âgées ont marché des heures pour rejoindre la zone pacifiée du Kurdistan irakien. Cette région continue de représenter la première destination des déplacés internes.

En Irak, 90% des déplacés – 2 millions de personnes – ne trouvent pas de place dans les camps et vivent ainsi dans des lieux non adaptés à leur accueil. Ils vivent dans les rues, des caves, des hangars, des centres commerciaux abandonnés, des bords de routes, des chantiers désaffectés, des déchetteries…

Ces derniers n’ont aucun accès aux structures d’aide : ni les abris en dur, ni les tickets de rationnement, ni les soins médicaux. Ils vivent dans des conditions sanitaires très préoccupantes.

Leur isolement et la perte de revenus constitue un obstacle majeur à leur accès aux soins. Enfin, la crise financière a entrainé une dégradation des services de santé publics.

bus-femmes-immeuble-en-constructionC’est dans ce contexte qu’à partir d’octobre 2014 EliseCare s’implante en Irak.

Pour soulager la douleur et répondre aux besoins médicaux des populations civiles, l’association créé des dispensaires mobiles permettant de toucher au plus près les populations déplacées et réfugiées, sans aucune distinction religieuse. Ses actions permettent:

  • D’offrir des soins entièrement gratuits dans les zones les plus reculées, hors des camps.
  • De promouvoir l’apprentissage et la pratique de l’acupuncture (focus sur le traitement de la douleur).
  • D’avoir une équipe médicale pluridisciplinaire recrutée parmi les réfugiés. 

 

 

 

 

 

Aujourd’hui

Chaque semaine, nos bus dispensaires parcourent 30 sites isolés et prodiguent plus de 2 000 soins gratuits.

À ce jour, EliseCare est venue en aide à une population de 70 000 réfugiés.

Aux vues de l’urgence et de la crise humanitaire, EliseCare développe de nouveaux projets :

  • Un bus dispensaire est en route pour Mossoul et Karaqoch.
  • Nous finalisons la construction de deux dispensaires fixes près de Zakho et d’Erbil, qui offriront un accès permanent aux soins pour les populations n’ayant pas la possibilité de regagner leur région d’origine.