Inscrivez-vous à notre newsletter

France

En France, EliseCare soignait les réfugiés à Calais dans son camion dispensaire jusqu’en octobre 2016. Nous effectuons également des recherches cliniques sur la médecine chinoise à l’Hôpital des Bluets à Paris.

Calais

Dans le monde entier, quelques 51,2 millions de personnes ont été déracinées du fait des conflits armés, de la violence généralisée, de la persécution et des violations des droits de l’Homme. Des milliers de réfugiés tentent de rejoindre l’Europe en empruntant des voies terrestres ou maritimes souvent meurtrières, après avoir donné aux passeurs les économies de toute une vie.

Devant cet afflux massif, l’Europe et la France ont pris des mesures d’accueil sur leur sol. Hélas, les populations réfugiées continuent de vivre une situation dramatique une fois nos frontières franchies dans des camps précaires où l’hygiène et les soins médicaux manquent cruellement.

C’est dans ce contexte qu’en février 2016 EliseCare s’implante à Calais.

Pour soulager la douleur des réfugiés, elle créé un dispensaire mobile à Calais, présent jusqu’en octobre 2016.En 6 mois d’activité, le dispensaire a enregistré plus de 5 000 consultations.

Acupuncture

Recherche clinique

EliseCare, par-delà son engagement humanitaire, s’est aussi donné comme mission de promouvoir la médecine traditionnelle chinoise dans notre système de santé.

Malgré un recours de plus en plus généralisé aux médecines complémentaires, très peu d’études cliniques homologuées permettent de mettre en évidence les effets de la médecine chinoise en France.

C’est pour répondre à ce manque et pour mettre en avant les bénéfices de cette médecine traditionnelle que l’association a ouvert une antenne à l’Hôpital des Bluets à Paris afin d’y mener une étude clinique, sous l’égide d’un comité scientifique. Cette étude vise à mesurer l’impact de la médecine traditionnelle chinoise en complément de la médecine occidentale, notamment dans le traitement de l’infertilité.

EliseCare travaille également en partenariat avec l’université de Nankin en Chine pour favoriser les échanges de savoir-faire entre médecine allopathique et médecine traditionnelle chinoise.